Mis à jour le Mardi 1 Avril 2014 à

Région > Ardennes > Rethel

L'hôpital va mieux grâce à la chirurgie

Amélie Girard


Le bloc opératoire, entièrement neuf, est doté d’équipements très récents.

Le bloc opératoire, entièrement neuf, est doté d’équipements très récents.

C’est un nouveau départ pour le Groupement hospitalier Sud Ardennes. 6 523 actes chirurgicaux ont été réalisés l’an dernier au bloc opératoire du GHSA, situé à l’hôpital de Rethel. C’est 30 % de plus qu’en 2012. « Et l’activité totale de l’établissement a augmenté de 10,5 % », se réjouit Jean-Rémi Richard, directeur de l’hôpital.

Ce bond de l’activité chirurgie s’explique de plusieurs manières. Depuis environ trois ans, les équipes de chirurgiens se sont stabilisées. Ils ont pu lier des contacts et une véritable relation de confiance avec les médecins de ville qui leur adressent plus facilement des patients. « Le bouche-à-oreille, entre patients, a aussi fait venir ou revenir de nouvelles personnes du Rethélois, du Vouzinois, de Charleville-Mézières et même de la Marne  », précise le Dr Abdellatif Diani, chef de service des urgences.

Les délais de rendez-vous sont aussi beaucoup plus courts que dans les grands hôpitaux. « Par exemple, un patient peut avoir un rendez-vous avec le chirurgien et l’anesthésiste dans la même journée et être opéré dans la semaine », signale Jean-Rémi Richard.

Pour la chirurgie viscérale et orthopédique, le GHSA est totalement indépendant, avec ses propres médecins. Quant aux autres spécialités, telles que l’ophtalmologie, la gynécologie, l’urologie, l’ORL, ou encore la stomatologie, ce sont des médecins du CHU de Reims qui viennent faire des consultations et qui opèrent à Rethel.

« Ce sont les mêmes médecins qu’à Reims mais avec un délai d’attente beaucoup plus court », ajoute le directeur. L’hôpital propose aussi, depuis trois mois, des consultations pour la chirurgie du rachis, avec la venue quelques jours par semaine d’un médecin de Soissons. Bref, toute la palette de l’activité de chirurgie courante.

L’hôpital a également investi dans un bloc opératoire et du matériel chirurgical entièrement neuf, ce qui permet de réaliser plus d’opérations en ambulatoire et de réduire le temps d’hospitalisation pour les autres. L’an dernier, un peu moins de la moitié des opérations a été réalisé en ambulatoire. « On souhaite que cette proportion augmente dans les prochaines années », fait remarquer Jean-Rémi Richard.

La maternité

rouvrira-t-elle un jour ?

La hausse de l’activité chirurgie a aussi permis de rentabiliser le bloc opératoire, qui est désormais ouvert 24 heures sur 24, mais surtout d’assainir les finances du GHSA. « Nous sommes passés d’une activité déficitaire à une activité excédentaire, ce qui nous permet d’acheter encore de nouveaux équipements et d’être à la pointe », assure-t-il.

Cette activité accrue annoncerait-elle une éventuelle réouverture de la maternité ? Pour le Dr Abdellatif Diani, il ne faut pas aller trop vite. « On a renversé la situation. Maintenant, il faut pérenniser, consolider et développer cet acquis et ensuite on verra pour la maternité. Il faut aussi que l’activité du centre périnatal de proximité reflète les besoins de la population. »

Amélie Girard

Charbonnier: "On va se satisfaire de ce point pris à Bordeaux"