Mis à jour le Jeudi 10 Octobre 2013 à

Accueil (lunion.com)

Votre agence bancaire ? Au tabac du coin !

Rémy TALARICO

NOTRE REGION. Ouvrir un compte bancaire sera bientôt aussi simple et rapide que d’acheter un paquet de cigarettes. Dès 2014, des buralistes agréés de la région proposeront ce service à bas coût.


À Châlons-en-Champagne, Alain Sauvage, le gérant du Cubain, voit de grandes perspectives s’ouvrir avec ce nouveau service. Bernard SIVADE

À Châlons-en-Champagne, Alain Sauvage, le gérant du Cubain, voit de grandes perspectives s’ouvrir avec ce nouveau service. Bernard SIVADE

D eux bingos et un compte bancaire, s’il vous plaît.  » Dès janvier 2014, il sera possible de souscrire un compte de paiement chez quelques-uns des 745 bureaux de tabac de la Marne, des Ardennes et de l’Aisne. Une possibilité accessible à tous (sans condition de revenu), y compris aux personnes sous le coup d’un interdit bancaire.

Baptisé compte Nickel, il pourra être ouvert en cinq minutes après l’achat d’un coffret contenant une carte de paiement. Pour cela, il suffira de fournir un document d’identité, une adresse postale et un numéro de téléphone.

Le code secret de votre nouvelle MasterCard ainsi qu’un relevé d’identité bancaire (RIB) vous seront alors immédiatement remis.

«  C’est simple, rapide et accessible, résume Pierre de Perthuis, cofondateur de la Financière des paiements électroniques (FPE), la société à l’origine du projet. Il sera possible de domicilier ses revenus, de déposer de l’argent, d’effectuer des retraits, de payer par carte dans le monde entier et de mettre en place des prélèvements.  »

Le compte se limitera aux opérations courantes et n’autorisera ni découvert, ni crédit. «  Ainsi, on évite les risques d’endettement  », ajoute l’ancien président de The Sales Machine Group (groupe Euro RSCG).

Se diversifier pour s’assurer un avenir

Ce dernier insiste sur le côté économique du service : «  Il n’y aura pas de commission, pas d’agios et pas de frais d’incident. La carte coûte 20 euros par an. À cela, il faut ajouter des facturations à l’acte pour certaines opérations comme les retraits d’argent. Mais au total, ce service ne devrait pas excéder 50 euros par an, ce qui divise par trois le montant qu’il faut payer dans une banque classique.  »

Dans les tabac-presse de la région, l’heure est plutôt au «  scepticisme  ». «  Beaucoup pensent que ce n’est pas notre travail, que l’on ne peut pas tout faire. Ils ne voient pas leur intérêt et sont davantage préoccupés par la baisse des ventes  », expose Alain Sauvage, président de la chambre syndicale des buralistes de la Marne, qui, de son côté, reste convaincu de l’opportunité. En ce sens, il va bientôt déposer sa candidature auprès de l’Autorité de contrôle prudentiel (ACP) afin d’obtenir l’agrément nécessaire à la mise en place de la borne bancaire.

«  Il faut innover ! C’est en diversifiant nos services qu’on arrivera à se sauver. Je ne deviendrai jamais banquier, je ne vais pas ouvrir de PEL (Plan épargne logement), mais simplement rendre un service qui amènera plus de clients  », assure le gérant du Cubain à Châlons-en-Champagne, voyant là de grandes perspectives s’ouvrir à la profession.

De son côté, son homologue ardennaise, Ariette Witton, est toujours dans l’expectative. La patronne du Brazza à Revin attend avec impatience le Congrès des buralistes du 17 octobre : «  Ça fait six mois que j’en entends parler. J’attends d’en savoir davantage pour émettre un avis.  » Alors, ce nouveau guichet fera-t-il un tabac ?

Guyane : premier jour en pirogue avec le 3e RG